Il est tout à fait possible et fréquemment utilisé, par exemple, lors de l’implantation d’un devenu sourd qui a perdu plus vite l’audition d’un côté que de l’autre : l’oreille non implantée, équipée d’une prothèse conventionnelle, peut apporter une aide tout à fait intéressante. Il arrive qu’au début de la rééducation, le déséquilibre entre les 2 oreilles soit un peu perturbant (lorsque par exemple l’oreille non implantée a conservé des graves de bonne qualité, qui doivent se « mixer » avec la palette plus complète de l’oreille implantée, mais la fusion se fait la plupart du temps en quelques semaines.