FAQ9 : Questions diverses

Questions diverses en rapport avec la surdité et l'implant cochléaires

Certains médicaments sont nocifs pour l'oreille et peuvent causer acouphènes et perte d'audition, en particulier chez certaines personnes ayant des prédispositions génétiques.

Cette liste publiée sur un site canadien présente les principales catégories de médicaments concernés :

http://www.france-acouphenes.org/site/index.php?option=com_content&task=view&id=118

Cet article est la retranscription écrite de l'interview du Dr. Sandrine Marlin, spécialiste en génétique de la surdité, qui peut être visualisée en suivant ce lien Youtube.

Extrait d'une conférence CISIC de Septembre 2006 :

 

Depuis plusieurs années à l’hôpital Saint-Antoine, nous faisons systématiquement un bilan des troubles de

l’équilibre avant l’opération de l’implant cochléaire.

Pourquoi ce bilan ?


Conférence du Docteur Peignard de l'hôpital européen Georges Pompidou, sur l'acouphène et sur la pratique de la thérapie comportementale de groupe, lors de l'assemblée générale du CISIC 2008.


dr-peignard

 

Les premiers résultats cliniques concernant les implants cochléaires sont apparus simultanément aux Etats-Unis, avec un système d’implant cochléaire mono électrode utilisé par le Professeur House et en France, avec un implant cochléaire multi électrodes utilisé à l’Hôpital Saint-Antoine à Paris, par le Pr Chouard au début des années 70 ; les seules indications étaient alors les cophoses bilatérales.

Lorsque le nerf auditif ne fonctionne plus, il est possible de stimuler plus près du cerveau en utilisant un système d'électrodes différent de celui de l'implant cochléaire. On parle alors d'implant du tronc cérébral. Ces produits sont fabriqués par certains fabricants d'implants cochléaires.

On trouve pas mal d'informations sur Internet en recherchant "implant du tronc cérébral" ou en anglais "Auditory Brainstem Implant"  dans un moteur de recherche tel que http://www.google.fr

Utilisables dans certains cas de surdités de transmissions ou des surdités mixtes avec une cochlée suffisamment fonctionnelle, les implants de l'oreille moyenne peuvent aider lorsque les aides auditives classiques ne suffisent plus et que la surdité n'est pas assez importante pour justifier un implant cochléaire.

Le système le plus connu est le Vibrant Soundbridge. Initialement développé par la société américaine Symphonix en collaboration avec Siemens pour la partie externe, ce produit a été repris par MedEL (l'un des fabricants d'implants cochléaires).

Le Vibrant Soundbridge génère des vibrations et non des sons. Étant directement fixé sur l'un des trois osselets (l'enclume) de l'oreille moyenne, il fait vibrer mécaniquement ceux-ci, de manière pratiquement comparable aux vibrations acoustiques transmises dans l'oreille via le tympan. Ces vibrations acoustiques sont cependant amplifiées afin de compenser la diminution de sensibilité de l'oreille interne.

Vous trouverez d'autres informations sur le site (anglophone) du fabricant :

http://www.vibrantmedel.com

Ce site mentionne une étude sur les 125 premiers patients implantés en France entre 1997 et 2001. La listes des hopitaux ayant participé à cette étude figure sur cette page:

http://www.vibrantmedel.com/Professional/int/Audiologist/Clinic_results.asp?m=0&u=5

 

Le site http://www.envoymedical.com présente un implant de l'oreille moyenne totalement implantable (sans partie externe) en cours d'évaluation aux Etats-Unis.

Dans certains cas de surdité de transmission ou de surdités mixtes, une prothèse à ancrage osseux peut convenir : ces prothèses fonctionnent en transmettant les vibrations sonores par conduction osseuse. Il existe différents produits, qui diffèrent par exemple sur la manière de réaliser le couplage pour transmettre le son à l'os.

Dans le système BAHA de Cochlear par exemple, la transmission se fait par l'intermédiaire d'une vis en titane ancrée dans l'os derrière l'oreille. Après cicatrisation et consolidation de la liaison entre l'os et la vis, un générateur de vibration couplé à un processeur et à un micro est posé sur la vis. Le son capté par le micro est traité par le processeur qui le transmets aux deux cochlées via le générateur de vibrations puis le crâne.

Vous trouverez de nombreuses informations sur les différents produits disponibles sur le marché sur ce site qui leur est dédié : http://www.infobaha.fr

Retranscription de la conférence du Docteur Sandrine MARLIN à l'assemblée générale CISIC 2004

sandrine_marlin

 

Je suis Sandrine MARLIN. Je suis généticienne, de formation pédiatre. Je me suis spécialisée en génétique et je m'occupe quasi exclusivement de problèmes de surdité. Je m'occupe à la fois de surdité de l'enfant et de surdité de l'adulte. Je travaille à l'hôpital Trousseau où j'ai une consultation où je vois beaucoup d'enfants et très peu d'adultes. J'ai aussi une consultation dans un service ORL adulte à l'hôpital Beaujon à Clichy. Je travaille également dans une unité de recherche, qui est l'unité de recherche leader sur le plan mondial, dans la recherche des gènes impliqués dans les surdités que ce soit les surdités de l'enfant ou de l'adulte. Cette unité de recherche est dirigée par le Professeur PETIT et elle est située à l'institut Pasteur à Paris.

Texte de Bernard Cohen Médecin Oto-Rhino-laryngologiste Oto-Neurologiste
18/11/2002

COMMENT GARDER UN BON ÉQUILIBRE TOUTE LA VIE.

 

Si l’on devait choisir un 6ème sens, ce serait le sens de l’équilibre.
En effet, cette fonction tout comme le toucher et l’odorat est en partie innée et en partie acquise et nous avons le pouvoir de l’éduquer.
Avoir le sens du mouvement, c’est oser risquer une instabilité en pariant de « pouvoir retomber sur ses pattes ». Cela s’apprend et s’entretient.